Canadian Medical Hall of Fame

“Il n’est pas exagéré de dire que la Dre Stowe a été une pionnière pour les femmes au Canada.”

© Steve Tracy et TRMC
2018 Intronisé

Dre Emily Stowe

Né: 
le 1er mai 1831, Norwich Township (Ontario)
Mort: 
le 29 avril 1903
Études: 
New York Medical College for Women (1867)
Née en 1831 dans la municipalité de Norwich Township, province du Haut-Canada (devenue l’Ontario), Emily Stowe a sa place parmi les véritables pionniers. Elle fut la première femme directrice d’école en Ontario et la première femme médecin à exercer au Canada. Toute sa vie, elle défendit les droits des femmes qui participèrent à la création de l’Association pour le suffrage des femmes au Canada.

En 1865, même s’il y avait peu de possibilités pour les femmes d’étudier la médecine au Canada, Emily Stowe présenta une demande d’admission à l’École de médecine de Toronto. Elle fut refusée. Ne pouvant étudier au Canada, elle déménagea aux États-Unis pour s’inscrire au New York Medical College for Women, un établissement de formation en homéopathie. Après avoir obtenu son diplôme en 1867, elle revint au Canada pour installer son cabinet sur la rue Richmond, à Toronto.

Vers le milieu des années 1860, une réorganisation de la profession médicale obligea les praticiens de l’homéopathie et les médecins formés aux États-Unis à suivre d’autres cours de médecine pour obtenir leur permis d’exercice. La Dre Stowe dut attendre jusqu’en 1871 pour être admise à l’École de médecine de Toronto, devenant alors l’une des deux premières femmes à suivre des cours dans cet établissement. Le 16 juillet 1880, elle obtint enfin son permis d’exercice du Collège des médecins et chirurgiens de l’Ontario.

En 1883, elle dirigea la fondation du Women’s Medical College (WMC), à Toronto. Quinze ans plus tard ouvrait la clinique médicale « The Dispensary », créée pour permettre aux étudiantes du WMC d’acquérir de l’expérience pratique. Au Dispensary, les patients pouvaient se faire soigner sans égard à leur capacité de payer et les conseils médicaux étaient dispensés gratuitement. En 1911, la clinique devint le Women’s College Hospital de Toronto, qui existe encore aujourd’hui.

La Dre Stowe participa aussi à la fondation de l’influente Guilde littéraire des femmes de Toronto, le premier groupe de suffragettes du Canada, qui luttait pour les droits des femmes et l’amélioration de leurs conditions de travail. Les pressions exercées par les membres de la Guilde ouvrirent aux femmes les portes de l’éducation supérieure à Toronto.

Militante pour les droits des femmes, Emily Stowe était déterminée à faciliter l’accès à l’éducation médicale pour les étudiantes, et elle fit pression sur l’Université de Toronto pour exiger l’abolition de sa politique d’exclusion. C’est ainsi que, quelques années plus tard, sa fille Augusta Stowe-Gullen put devenir la première femme à recevoir son diplôme d’une faculté de médecine canadienne.

La Dre Stowe est décédée en 1903. Elle laisse le souvenir d’une enseignante, médecin et militante pour le droit de vote des femmes et pour les droits des femmes en général, des femmes en médecine en particulier. Ayant essuyé plusieurs refus après ses tentatives pour étudier en Ontario afin d’obtenir son permis d’exercice de la médecine, la Dre Stowe déclara : « Un jour viendra où ces portes s’ouvriront toutes grandes pour toutes les femmes qui voudront étudier ici. »  Ce jour est venu, et c’est grâce à la persévérance et au leadership de femmes courageuses comme la Dre Stowe.