Canadian Medical Hall of Fame

“Seul un talent exceptionnel comme le sien pouvait éclairer ces mécanismes histopathologiques.”

© Irma Coucill & CMHF
1997 Intronisé

Dr Pierre Masson

Né: 
le 6 novembre 1880 à Dijon, France
Mort: 
le 11 mai 1959
Études: 
MD - Université de Paris; Pasteur Institute
On connaît surtout le docteur Pierre Masson pour ses recherches novatrices sur les tumeurs cérébrales et le système nerveux de même que pour ses techniques histologiques, qui sont maintenant la norme en pathologie. Il a été le premier à décrire le principe de la sécrétion neurocrine, ce qui allait plus tard donner lieu à une science moderne : la neuroendocrinologie. Le docteur Masson est l’un des plus imminents chercheurs en histopathologie de sa génération et un scientifique canadien de renommée internationale.

Le Dr Pierre Masson est né à Dijon en France en 1880. Attiré par la médecine très tôt, il obtenait son diplôme de médecine de l'université de Paris en 1909. Il poursuivait ses études à l'Institut Pasteur de Paris de 1909 à 1914. A la fin de la Première guerre mondiale, sa renommée en histopathologie était telle, que malgré sa jeunesse et son manque d'expérience, on lui offrait la chaire de pathologie à l'université de Strasbourg. Il était le premier en 1923 à décrire le concept de la sécrétion neurocrine, ce qui allait donner lieu plus tard à la science moderne de la neuroendocrinologie. En 1927, l'université de Montréal invitait le Dr Masson à diriger le département de pathologie, poste qu'il occupait jusqu'à sa retraite en 1954.

Un écrit important sur les tumeurs chez l'être humain qu'il achevait en 1923, les nouvelles méthodes d'histopathologie qu'il mettait au point, et ses nombreux écrits scientifiques importants lui ont valu sa renommée. Il a rédigé plus de 120 articles en tout. Il est surtout connu pour ses recherches novatrices sur les tumeurs du cerveau et du système nerveux. Il est également bien connu pour ses techniques histologiques, notamment la coloration trichrome qui est maintenant la norme dans tous les laboratoires de pathologie. Ses études des naevus du système nerveux, des lésions du nerf de l'appendice et de certaines tumeurs cérébrales se sont avérées également très importantes. 
A Montréal, le Dr Masson concevait un nouveau programme d'enseignement de la pathologie à l'université de Montréal et réorganisait les laboratoires de pathologie de l'hôpital Notre-Dame, de l'Hôtel-Dieu et de Ste-justine. Connu dans le monde entier en tant que professeur, il a formé de nombreux étudiants diplômés qui, grâce à sa lettre de recommandation, ont été acceptés par les meilleures facultés de médecine nord-américaines et européennes. Il ne s'est jamais départi de sa modestie et s'est entièrement consacré à la recherche en histologie, cherchant toujours à améliorer ou à inventer de nouvelles techniques de laboratoire. Il a publié ses découvertes, préparé et classé sa collection personnelle de données histologiques constituant vraiment une mine d'or de renseignements.

Le Dr Masson est décédé en 1959. Il avait des talents exceptionnels de professeur et nous a fait don de son originalité scientifique, de nouvelles interprétations et descriptions de lésions et de tumeurs à partir de données histologiques remarquablement précises qui faisaient l'admiration de tous.