Canadian Medical Hall of Fame

Investiture

 

Hyatt Regency
655 Burrard Street, Vancouver BC  V6C 2R7

Réception : 18 h | Début du programme : 19 h
Soirée élégante (cravate noire facultative)

 

Mêmes dates, même lieu. La CCEM.
La Conférence canadienne sur l’éducation médicale

 

Salutations du président de notre comité

 Occasions de commandite    Billets, listes d’invités, hébergement et plus

 

Six héros canadiens de la médecine sont intronisés chaque année au Temple de la renommée médicale canadienne. Leur travail peut prendre la forme d’une seule contribution exceptionnelle ou d’une vie entière de réalisations méritoires. Pionniers dans leur domaine, ils et elles sont des modèles d’excellence dans le domaine de la santé, au Canada et partout dans le monde.

Voici nos lauréats de 2020...

 

Harvey Max Chochinov MD PhD, professeur distingué de psychiatrie à l’Université du Manitoba et scientifique principal à l’Institut de recherche en oncologie et hématologie de CancerCare Manitoba, est l’un des promoteurs les plus innovateurs et les plus influents au monde de l’amélioration et de l’expansion des soins palliatifs à de multiples maladies terminales ou qui limitent la vie. Les travaux de pionnier du Dr Chochinov ont permis de faire progresser considérablement la reconnaissance et le traitement efficaces de la détresse en fin de vie, de la dépression, du désir de mort et de la vulnérabilité. Ses recherches empiriques ont permis de formuler des lignes directrices pour des soins palliatifs et des interventions psychosociales qui préservent la dignité et aident à faire en sorte que la gestion médicale des derniers moments de la vie n’oublie pas le contrôle de la douleur et préserve la dignité des patients et de leur famille. Le Dr Chochinov est cofondateur et ancien président (2001-2015) du Portail canadien en soins palliatifs (CVH), la plateforme en ligne la plus complète au monde d’information et de soutien aux patients, aux familles et aux fournisseurs de soins sur des questions liées aux soins palliatifs et au deuil. Son livre primé Chochinov intitulé Dignity Therapy: Final Words for Final Days propose une méditation profonde et magnifique sur la mortalité humaine et un plan pour l’intervention palliative.

 

Jean Gray MD, professeure émérite en éducation médicale, médecine et pharmacologie à l’Université Dalhousie, a préconisé la rigueur dans les études sur l’innocuité et l’efficacité des médicaments afin d’améliorer les pratiques d’ordonnance, et sa réputation de leader habile et courageuse a largement et durablement étendu son influence. La Dre Gray est admirée pour ses vastes connaissances en pharmacothérapie, son dévouement à la pratique factuelle et son travail inlassable au sein de nombreux comités et conseils de rédaction. Elle a également été une ardente championne du mentorat des femmes en médecine, ayant commencé sa carrière à une époque les femmes qui se dirigeaient en médecine étaient peu nombreuses et devaient persévérer dans des conditions difficiles et travailler à faire changer les choses. Au début des années 1990, la Dre Gray a entrepris, avec l’Association des pharmaciens du Canada, l’élaboration du manuel Therapeutic Choices, un guide complet sur la prise de décisions thérapeutiques à l’intention des médecins de première ligne. Dans les nombreux aspects de sa carrière, elle a fourni un éclairage précieux pour l’élaboration de politiques de santé publique. La Dre Gray a servi de modèle et de mentor à toute une génération d’étudiants qui ont étudié et pratiqué la médecine partout au Canada et elle a contribué à promouvoir l’équité et l’excellence dans les soins de santé pour tous les Canadiens.

 

En printemps 1642, Jeanne Mance, une missionnaire soignante, ouvre un petit dispensaire qui deviendra l’Hôtel-Dieu, le premier hôpital de Montréal, qui a servi la population du Canada pendant 375 ans, pour finalement fermer ses portes en 2017. Cette femme courageuse, fervente croyante et grande administratrice, a établi, agrandi et préservé l’une des institutions médicales les plus anciennes et les plus durables, tout en affrontant et en surmontant d’innombrables difficultés. Avec l’aide secrète d’une puissante et riche bienfaitrice, Jeanne Mance a fait la périlleuse traversée de l’Atlantique vers Montréal, qui était à l’époque une île inhabitée. Elle est retournée en France trois fois par la suite pour aller recruter les trois premières religieuses Hospitalières de Saint-Joseph. Dans la colonie naissante et précaire, Jeanne Mance était responsable de l’administration de l’intérieur : économie, finances, approvisionnements et des soins du corps et des âmes. On la décrit parfois comme la première « infirmière laïque » en Amérique du Nord. Elle a créé un héritage durable dans le domaine des soins aux malades et aux blessés, en traitant tous les peuples de la Nouvelle-France sans exclusion. Jeanne Mance a réussi à évoluer dans les complexités du pouvoir politique et du pouvoir religieux à une époque souvent dangereuse, toujours incertaine, baignée d’intrigue et d’ambition. Elle est décédée en 1673 et est enterrée dans la crypte sous la chapelle de l’Hôtel-Dieu, au cœur de la ville qu’elle a servie.

 

 L’ampleur massive et sans précédent des données génomiques fournies par le Projet sur le génome humain (PGH) entre 1990 et 2003 a révolutionné notre compréhension de la biologie des maladies. Un distingué chercheur canadien, Marco Marra PhD, maintenant chef du Département de génétique médicale à l’Université de la Colombie-Britannique et directeur du Centre Michael Smith de recherche sur le génome (GSC) de BC Cancer, y participait. Sous la direction de Marco Marra, le projet d’Oncogénomie personnalisée (POG) de BC Cancer représente l’une des premières applications en contexte clinique du séquençage du génome entier, utilisant des renseignements provenant de milliers de génomes et de transcriptomes de cancer individuels. Marco Marra est l’un des scientifiques les plus cités au monde dans son domaine. Il a à son actif plus de 400 publications scientifiques. Successeur désigné de son grand mentor, le DMichael Smith, prix Nobel et lauréat du TRMC, Mario Marra a encadré de nombreux étudiants postdoctoraux qui fournissent maintenant l’expertise et les connaissances nécessaires pour réaliser la promesse de la révolution génomique. Les travaux de Mario Marra en Colombie-Britannique ont attiré l’attention du monde entier. Récipiendaire de nombreux prix, mentor, conférencier et administrateur, Marco Marra est encore très actif dans sa carrière et continuera d’étendre la portée des sciences du génome dans l’étude, la gestion et l’éradication des maladies.

 

 Joseph B. Martin MD, a eu une carrière extraordinaire de plusieurs décennies à titre de scientifique, de médecin et d’administrateur, aidant à établir la discipline de la neuroendocrinologie et devenant doyen de la Faculté de médecine de Harvard. Il s’est distingué par sa capacité à promouvoir la collaboration pour l’établissement des bases institutionnelles de l’enseignement de la médecine et des sciences au Canada et aux États-Unis. Il laisse en héritage des travaux préliminaires révolutionnaires sur la génétique de la maladie de Huntington (HD) et de la maladie d’Alzheimer, un centre de recherche sur la HD parrainé par les National Institutes of Health à l’hôpital Massachusetts General, un campus élargi de l’Université de la Californie à San Francisco consacré à la recherche biomédicale, à la bio-ingénierie et à la santé mondiale, la Fondation Alberta Heritage pour la recherche médicale et le Centre d’oncologie Dana Farber à Harvard. Le Dr Martin a joué un rôle clé dans la création de l’Institut ontarien du cerveau, dont il a coprésidé le comité fondateur. Il est l’auteur de plus de 200 articles évalués par les pairs et coauteur de l’ouvrage Harrison’s Principles of Medicine, l’un des manuels de médecine les plus utilisés en Amérique du Nord. Le Dr Martin est réputé pour son honnêteté et sa capacité à inspirer confiance, et l’avancement continu de la science médicale dépend de plus en plus du genre de compétences dont il a fait preuve.

 

 Le vaste travail de recherche, les compétences organisationnelles et le leadership inspiré d’Annette O’Connor PhD, professeur émérite éminente à l’École des sciences infirmières de l’Université d’Ottawa, ont grandement contribué au virage amorcé pour délaisser le paternalisme directif au profit de partenariats de collaboration dans les soins médicaux. Ses interventions novatrices de mobilisation active des patients dans leur propre traitement pour les aider à prendre des décisions concertées avec les médecins et les fournisseurs de soins ont aidé à faire du respect du point de vue du patient un élément accepté de la pratique médicale éclairée exercée avec compassion. Sa recherche fournit des lignes directrices pour la prise de décisions efficaces et éclairées, en joignant le savoir-faire technique et procédural aux valeurs individuelles et à l’autodétermination des patients. Annette O’Connor a dirigé les premiers examens des essais sur les aides à la décision des patients et codirigé un consortium international de 14 pays chargé d’établir des normes pour leur développement et leur évaluation (IPDAS). Ces ressources, maintenant accessibles au public en ligne, ont aidé à informer et à améliorer les pratiques de soins de santé dans le monde entier. Professeure émérite éminente à l’École des sciences infirmières de l’Université d’Ottawa, Annette O’Connor a formé de nombreuses personnes – toute une nouvelle génération de chercheurs dans le domaine de la prise de décisions partagée. Ses recherches ont été reconnues à l’échelle internationale par les prix d’excellence professionnelle et de leadership exemplaire de la Society for Medical Decision Making.

 

Proposez une candidature pour l'intronisation !