Canadian Medical Hall of Fame

Investiture

CENTRE MONT-ROYAL
2200 rue Mansfield, Montréal QC

Réception : 18 h | Début du programme : 19 h
Soirée élégante (cravate noire facultative)

Occasions de commandite

 

Six héros canadiens de la médecine sont intronisés chaque année au Temple de la renommée médicale canadienne. Leur travail peut prendre la forme d’une seule contribution exceptionnelle ou d’une vie entière de réalisations méritoires. Pionniers dans leur domaine, ils et elles sont des modèles d’excellence dans le domaine de la santé, au Canada et partout dans le monde.

Voici nos lauréats de 2019...

Dans la foulée immédiate de la Seconde Guerre mondiale, le major général canadien G. Brock Chisholm, MD, a participé directement à la création de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dont il a été le premier directeur général de 1948 à 1953, devenant alors pour ainsi dire « le médecin du monde », avec une pratique touchant 3 milliards de personnes et contribuant à bâtir les institutions internationales de coopération qui soutiennent le monde d’aujourd’hui. En 1915, le DChisholm s’est enrôlé comme soldat. Après la guerre, il a obtenu son diplôme de médecine à l’Université de Toronto, puis il a fait une résidence à Yale, en Angleterre pour se spécialiser en psychiatrie, avant d’établir la première pratique psychiatrique privée à Toronto, au plus fort de la Dépression, acceptant un « paiement en nature » des patients qui ne pouvaient payer en espèces. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Dr Chisholm a été directeur général des Services médicaux, le poste médical le plus élevé de l’Armée canadienne. En 1946, il a défini la santé comme « un état de bien-être physique, mental et social complet et non seulement comme l’absence de maladie ou d’infirmité ». Cette définition éclairée est maintenant inscrite dans la charte de l’OMS.

Naranjan S. Dhalla, professeur distingué à l’Université du Manitoba, est un chef de file fondateur de deux organisations mondiales de sciences cardiovasculaires, soit la Société internationale de recherche cardiovasculaire et l’Académie internationale des sciences cardiovasculaires (IACS) qui fait la promotion de l’éducation en santé cardiovasculaire et de la participation communautaire. Au cours d’une carrière qui s’est échelonnée sur plus de 50 ans, Naranjan S. Dhalla a personnellement contribué au progrès des connaissances et des ressources en sciences cardiovasculaires. Il a été rédacteur en chef de la revue Molecular and Cellular Biochemistry, a été pendant 19 ans directeur de l’Institut des sciences cardiovasculaires de l’Hôpital Saint-Boniface de Winnipeg, a édité et rédigé plus de 50 livres, a formé plus de 150 étudiants diplômés et stagiaires postdoctoraux, et a participé à plus de 500 conférences partout dans le monde. En 2001, le travail de Naranjan S. Dhalla a été déterminant pour amener plus de 2 000 professionnels à Winnipeg à l’occasion du Congrès mondial de cardiologie, événement qui a contribué à faire la renommée du Canada comme centre de recherche et de sciences cardiovasculaires. Le travail d’internationalisation préconisé par Naranjan S. Dhalla contribue à faire en sorte que les avantages des connaissances scientifiques soient diffusés à dans tous les pays, renforçant ainsi la communauté mondiale.

Le Dr James A. Dosman, reconnu comme « le père de la médecine agricole au Canada » et directeur fondateur du Centre canadien pour la santé et la sécurité en agriculture de l’Université de la Saskatchewan, le seul centre diversifié de recherche, d’enseignement, de prévention et de services liés à l’agriculture et à la vie rurale au Canada, a consacré sa longue carrière à l’amélioration et à la protection de la santé des travailleurs agricoles. Né dans une région rurale de la Saskatchewan, le DDosman a grandi avec une expérience directe des défis de l’agriculture et des exigences du travail rural. En tant que médecin et spécialiste de la médecine respiratoire, il a rapidement constaté les effets de l’exposition à la poussière chez les travailleurs du secteur céréalier, ce qui a mené à l’établissement d’une base de données nationale à l’appui de la recherche et de la formation. Les réalisations du Dr Dosman ont été couronnées lorsqu’il a dirigé les efforts de l’OIT pour rédiger un code international, La sécurité et la santé dans l’agriculture (Genève : OIT, 2011), qui a permis d’établir les normes de soins de santé pour des millions d’agriculteurs et de travailleurs agricoles dans le monde. Le Dr Dosman est actuellement président et chef de la direction d’Agrivita Canada Inc., une entreprise sans but lucratif qu’il a contribué à créer et qui fait la promotion de la recherche, de la santé publique et de la sécurité en agriculture par l’entremise du Programme canadien de recherche appliquée en agrisécurité.

La Dre Jacalyn Duffin, qui a occupé la chaire d’enseignement Hannah d’histoire de la médecine à l’Université Queen’s (1988-2017), a apporté des contributions durables à la recherche et à l’éducation en médecine qui nous aident à mieux comprendre l’histoire et nous mènent à réfléchir aux origines des soins de santé actuels. Hématologue et historienne, la Dre Duffin a permis à des milliers de médecins et d’infirmières d’apprécier le contexte culturel et social plus large de leur profession. Les recherches de la Dre Duffin ont porté sur une vaste gamme de sujets, de sources, de lieux et de périodes, notamment : la technologie de diagnostic, la pratique rurale, la mise au point de médicaments, les concepts de la maladie, les politiques de santé et la guérison religieuse, y compris une exploration des miracles médicaux dans les archives du Vatican. Son manuel classique, History of Medicine: A scandalously Short Introduction est lu par des étudiants en médecine et des publics non spécialisés du monde entier. Il présente en résumé l’histoire des spécialités médicales et les facteurs culturels et sociaux ayant mené à leur développement. Au cours d’une carrière longue et distinguée, l’attachement passionné de la Dre Duffin à la compréhension historique en tant qu’élément intrinsèque d’une approche humaine à la pratique inspire aussi bien les apprenants que les élèves, les éducateurs et le grand public.

La Dre Connie J. Eaves est une autorité mondiale des cellules souches du système de formation du sang et de leur régulation dans les états normaux et perturbés. Les travaux de la Dre Eaves, qui s’étendent sur quatre décennies, ont permis de mettre au point des thérapies curatives pour les patients atteints de leucémie myéloïde chronique (LMC) et d’identifier les cellules souches « silencieuses » de la LMC, révélant pour la première fois que cet état cellulaire est caractéristique de nombreux types de cellules souches cancéreuses résistantes à la chimiothérapie. Toute l’importance de cette découverte n’a pas encore été entièrement mesurée et elle continue d’avoir d’importantes répercussions sur la recherche sur le cancer. La Dre Eaves a également été pionnière de l’utilisation de méthodes robustes pour quantifier les cellules hématopoïétiques primitives et mammaires de souris et d’humains qui sont devenues des « étalons d’or » et la base des réactifs normalisés ayant d’importantes applications commerciales. La Dre Eaves a été présidente de l’Institut national du cancer du Canada, directrice scientifique associée du Réseau de cellules souches du Canada et présidente de la Société internationale d’hématologie expérimentale. Elle a publié plus de 500 articles et encadré plus de 100 stagiaires de troisième cycle, et reçu de nombreux prix et honneurs nationaux et internationaux. Elle est actuellement rédactrice en chef de la revue Experimental hematology.

En 2011, le gouvernement du Québec a nommé le neuroscientifique émérite Rémi Quirion au poste de Scientifique en chef. Rémi Quirion a commencé sa carrière en obtenant un doctorat en pharmacologie à l’Université de Sherbrooke. Il a ensuite suivi une formation postdoctorale au National Institute of Mental Health, à Bethesda (MD), avant de passer à l’Université McGill. Sous la direction de Rémi Quirion, le Centre de recherche de l’Hôpital Douglas (CRHD) s’est taillé une réputation internationale en recherche sur la maladie d’Alzheimer et sur la physiologie des neuropeptides en lien avec les troubles mentaux. Le travail de Rémi Quirion au CRHD a contribué à élucider les rôles du système cholinergique dans la maladie d’Alzheimer, du neuropeptide Y dans la dépression et la mémoire, et du peptide relié au gène de la calcitonine (PRGC) dans la douleur et la tolérance aux opiacés. Avec plus de 750 publications, Rémi Quirion est l’un des neuroscientifiques les plus cités au monde. En qualité de Scientifique en chef, Rémi Quirion préside les conseils d’administration des trois Fonds de recherche du Québec et conseille le ministre de l’Économie, des Sciences et de l’Innovation dans les dossiers de recherche et développement scientifiques. Il est le représentant de la recherche scientifique auprès de la population québécoise, et du Québec auprès du monde entier.

 

 Nous remercions nos commanditaires !

 

Proposez une candidature pour l'intronisation !